SMETANA, FIBICH // 3 Quatuors à cordes

Quatuor Talich,

Voici l’évocation d’une jeunesse enthousiaste, de racines bohémiennes et moraves comparée à nostalgie d’une soudaine brutalité du compositeur.

10,00 

- +

Description

Bedřich Smetana fut le premier compositeur à s’intéresser aux sources de la musique en Bohême, à utiliser non seulement la langue tchèque dans ses livrets d’opéra provocateurs aux yeux des autorités autrichiennes, mais à rechercher également les rythmes et les mélodies régionales. Contrairement à Dvořàk qui recréa de toutes pièces les parfums locaux, Smetana trempa sa plume dans le réalisme et la spontanéité des langages populaires. Sa musique de chambre correspond presque systématiquement à des drames personnels. Dans ses partitions, il confie ses désespoirs et ses attentes ; il peint un autoportrait qu’il ne peut offrir au public des grands concerts.
Le quatuor n°1, “de ma vie” en Mi mineur est un cri de désespoir : dans la nuit du 19 au 20 octobre 1874, il est atteint d’une surdité totale et qui s’avèrera irréversible. On imagine l’importance de ce drame pour un musicien âgé de cinquante ans… Le quatuor devient alors un journal intime car il sait que tout ouvrage de plus grande envergure lui est désormais interdit.

Le Quatuor n°2 en ré mineur peut être considéré comme son testament en musique. La densité de l’écriture, son coté lapidaire sont profondément novateurs pour l’époque. Arnold Schönberg exprima son admiration pour l’œuvre qu’il étudia en détails. Quant à Leoš Janáček, il revendiqua une filiation musicale avec Smetana dont la musique influença ses propres partitions.

Plus de six cents opus composent l’œuvre de Zdenĕk Fibich, compositeur prolifique qui écrivit dans tous les genres musicaux. Une dizaine d’œuvres composent son catalogue de musique de chambre. Il détruisit une quantité importante de partitions de jeunesse qu’il jugea indignes de figurer à son catalogue. Le Quatuor n°1 en La majeur a été conservé bien qu’il ne porte aucun numéro d’opus. Le manuscrit ne fut découvert qu’en 1928 ! Il représente pourtant un maillon essentiel de l’histoire du romantisme tchèque.

Bedřich Smetana // Quatuor à cordes n°1 en Mi mineur « De ma vie » (1876)

 

  • Allegro vivo appassionato 7’26
  • Allegro moderato alla Polka 5’19
  • Largo sostenuto 8’50
  • Vivace 5’51

 

Bedřich Smetana // Quatuor à cordes n°2 en Ré mineur (1883)

 

  • Allegro 4’51
  • Allegro moderato 5’14
  • Allegro non più moderato 4’39
  • Presto 2’37

 

Zdeněk Fibich // Quatuor à cordes n°1 en La majeur (1874)

 

  • Allegro grazioso 8’34
  • Andante semplice 4’50
  • Allegretto 4’28
  • Allegro (Presto) 5’37

 

Le Quatuor Talich, une âme de Bohême…

 

« Le Conservatoire de l’Europe » … C’est ainsi que l’on nomma, autrefois, la Bohême. Au cœur de l’Europe centrale, un peuple se dédia tout entier à l’art du chant. Au XIXe siècle, lorsque les musiciens tchèques se révélèrent aussi grands compositeurs qu’interprètes, ils donnèrent naissance à un répertoire chargé de traditions, de ces flammes transmises de génération en génération.

 

Václav Talich, fantastique chef d’orchestre, fut au siècle suivant, l’un des plus éminents artistes des pays danubiens. Jan, le neveu de Talich créa, en 1964, le quatuor à cordes qui porte son nom. En 1975, l’ensemble devint le Quatuor de la Philharmonie Tchèque. Auréolé de cette distinction, il acquit rapidement une reconnaissance internationale. La France devint sa seconde patrie et grâce au label Calliope, il grava quelques-unes des grandes références de la discographie, de Mozart à Janáček. La Dolce Volta a repris le flambeau et poursuit l’aventure qui ne peut s’interrompre.

 

Depuis un demi-siècle, et bien que les archets aient changé de main, la personnalité de l’ensemble révèle une permanence de styles : expressivité spontanée, délicieuse imprévisibilité des intonations, accentuations justes des rythmes populaires, absolue précision et, tout autant, sensation d’une fragilité miraculeuse. Durant toutes ces années, les Talich sont demeurés les ambassadeurs d’une prodigieuse histoire musicale, nourrie de la mémoire des torrents et châteaux de Bohême, de contes et légendes, des passions du peuple tchèque avant même qu’il ne se constitue en nation, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Multi-récompensés, les enregistrements du Quatuor sont à l’image de leur Second Quatuor “Lettres Intimes” de Janáček : la plus envoûtante des conversations en musique.

Service client

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions

a

Cadeau offert

Pour toutes commandes supérieure à 50 €

Paiement

Paiements 100% sécurisés / Protocole sécurisé SSL

a

Livraison rapide

Expédition en 24/48H dès sa réception en COLISSIMO DIRECT

Newsletter La Dolce Volta

Pour les amoureux de la musique classique, recevez nos dernières créations et profitez d'offres exclusives (un à deux envois par mois)
INSCRIPTION
close-link