BRAHMS // Les 2 sextuors à cordes

Quatuor Talich,

Craignant ses illustres modèles, Mendelssohn leur rend également hommage en choisissant une forme rare qu’ils n’ont pas utilisée : le sextuor à cordes.

10,00 

- +

Description

Luigi Boccherini (1743-1805) fut le premier compositeur de renom à introduire dès la fin du 18e siècle des compositions pour sextuor à cordes, c’est-à-dire faisant appel à deux violons, deux altos et deux violoncelles. Ce « petit orchestre » qui donne l’illusion d’un ensemble symphonique ne manqua pas de séduire par la suite les compositeurs de l’ère romantique et jusqu’aux représentants de l’avant-garde du 20e siècle !
Les deux sextuors pour cordes de Brahms, dont l’écriture est antérieure aux célèbres quatuors et quintettes, sont datés respectivement de 1860 et 1865. Faut-il y voir à 27 ans, pour le premier Sextuor, la crainte d’une confrontation avec les maîtres qui l’ont précédé dans la musique de chambre et qu’il vénère : Haydn, Beethoven et Schubert ?

Ces pages en apparence si discrètes et charmeuses ouvrent « la porte » du dernier romantisme. Nous ne sommes pas loin ici de la perfection avec des Talich qui s’affirment, une fois encore, comme les plus talentueux, d’une finesse et d’une intelligence de jeu peu souvent égalées.

Sextuor à cordes n° 1 en Si bémol majeur, op.18 (1860)

 

  • Allegro, ma non troppo 15’12
  • Andante, ma moderato 9’32
  • Scherzo. Allegro molto 3’03
  • Rondo 10’23

 

Sextuor à cordes n° 2 en Sol majeur, op.36 (1865)

 

  • Allegro non troppo 15’18
  • Scherzo. Allegro non troppo 8’00
  • Poco adagio 9’42
  • Poco allegro 8’42

 

Le Quatuor Talich, une âme de Bohême…

 

« Le Conservatoire de l’Europe » … C’est ainsi que l’on nomma, autrefois, la Bohême. Au cœur de l’Europe centrale, un peuple se dédia tout entier à l’art du chant. Au XIXe siècle, lorsque les musiciens tchèques se révélèrent aussi grands compositeurs qu’interprètes, ils donnèrent naissance à un répertoire chargé de traditions, de ces flammes transmises de génération en génération.

 

Václav Talich, fantastique chef d’orchestre, fut au siècle suivant, l’un des plus éminents artistes des pays danubiens. Jan, le neveu de Talich créa, en 1964, le quatuor à cordes qui porte son nom. En 1975, l’ensemble devint le Quatuor de la Philharmonie Tchèque. Auréolé de cette distinction, il acquit rapidement une reconnaissance internationale. La France devint sa seconde patrie et grâce au label Calliope, il grava quelques-unes des grandes références de la discographie, de Mozart à Janáček. La Dolce Volta a repris le flambeau et poursuit l’aventure qui ne peut s’interrompre.

 

Depuis un demi-siècle, et bien que les archets aient changé de main, la personnalité de l’ensemble révèle une permanence de styles : expressivité spontanée, délicieuse imprévisibilité des intonations, accentuations justes des rythmes populaires, absolue précision et, tout autant, sensation d’une fragilité miraculeuse. Durant toutes ces années, les Talich sont demeurés les ambassadeurs d’une prodigieuse histoire musicale, nourrie de la mémoire des torrents et châteaux de Bohême, de contes et légendes, des passions du peuple tchèque avant même qu’il ne se constitue en nation, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Multi-récompensés, les enregistrements du Quatuor sont à l’image de leur Second Quatuor “Lettres Intimes” de Janáček : la plus envoûtante des conversations en musique.

Service client

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions

a

Cadeau offert

Pour toutes commandes supérieure à 50 €

Paiement

Paiements 100% sécurisés / Protocole sécurisé SSL

a

Livraison rapide

Expédition en 24/48H dès sa réception en COLISSIMO DIRECT

Newsletter La Dolce Volta

Pour les amoureux de la musique classique, recevez nos dernières créations et profitez d'offres exclusives (un à deux envois par mois)
INSCRIPTION
close-link