KALLIWODA // 3 Quatuors à cordes

Quatuor Talich,

Il est rare de sortir d’un magasin avec un disque sous le bras dont on ignorait l’existence…

12,00 

- +

Description

Compositeur et violoniste virtuose Tchèque, né en 1801 et mort en 1866, Johann Wenzel Kalliwoda joua dans l’orchestre de Ständetheater de Prague que dirigeait Carl Maria von Weber. C’est peu dire de ses compétences musicales… Il fut par la suite un chef d’orchestre recherché pour la rigueur et la musicalité de sa direction. Côté musique, il laisse une œuvre abondante dans tous les genres musicaux mais c’est surtout sa musique de chambre qui retient l’attention.
Dans ses quatuors, on dévoile non pas le créateur obnubilé par Beethoven, comme on le rencontre dans ses symphonies, mais un post-mozartien inventif, pour lequel, au sein du quatuor, le premier violon sera progressivement amené à s’émanciper. Dans ces œuvres datant de 1835, 1836 et 1838, on retrouve son jaillissement, la force de son assise rythmique. On est aussi en présence de l’inventeur musical un peu “fou”. Partout des mélodies superbes et des rythmes fougueux vous assaillent littéralement et il est incompréhensible que ces trois œuvres – Quatuors n° 2 et 3 surtout – n’occupent pas une place prépondérante au cœur du répertoire.

Quatuor à cordes n°1 en Mi mineur, op.61 (1835)

 

  • Allegro moderato 9’19
  • Allegro. Scherzo 7’55
  • Adagio 3’22
  • Vivace 5’20

 

Quatuor à cordes n°2 en La majeur, op.62 (1836)

 

  • Allegro vivace 9’21
  • Scherzo. Presto 2’54
  • Adagio 4’03
  • Vivace 3’39

 

Quatuor à cordes n°3 en Sol majeur, op.90 (1838)

 

  • Moderato 10’53
  • Scherzo. Vivace 5’55
  • Adagio 5’53
  • Alegretto grazioso 7’31

 

Le Quatuor Talich, une âme de Bohême…

 

« Le Conservatoire de l’Europe » … C’est ainsi que l’on nomma, autrefois, la Bohême. Au cœur de l’Europe centrale, un peuple se dédia tout entier à l’art du chant. Au XIXe siècle, lorsque les musiciens tchèques se révélèrent aussi grands compositeurs qu’interprètes, ils donnèrent naissance à un répertoire chargé de traditions, de ces flammes transmises de génération en génération.

 

Václav Talich, fantastique chef d’orchestre, fut au siècle suivant, l’un des plus éminents artistes des pays danubiens. Jan, le neveu de Talich créa, en 1964, le quatuor à cordes qui porte son nom. En 1975, l’ensemble devint le Quatuor de la Philharmonie Tchèque. Auréolé de cette distinction, il acquit rapidement une reconnaissance internationale. La France devint sa seconde patrie et grâce au label Calliope, il grava quelques-unes des grandes références de la discographie, de Mozart à Janáček. La Dolce Volta a repris le flambeau et poursuit l’aventure qui ne peut s’interrompre.

 

Depuis un demi-siècle, et bien que les archets aient changé de main, la personnalité de l’ensemble révèle une permanence de styles : expressivité spontanée, délicieuse imprévisibilité des intonations, accentuations justes des rythmes populaires, absolue précision et, tout autant, sensation d’une fragilité miraculeuse. Durant toutes ces années, les Talich sont demeurés les ambassadeurs d’une prodigieuse histoire musicale, nourrie de la mémoire des torrents et châteaux de Bohême, de contes et légendes, des passions du peuple tchèque avant même qu’il ne se constitue en nation, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Multi-récompensés, les enregistrements du Quatuor sont à l’image de leur Second Quatuor “Lettres Intimes” de Janáček : la plus envoûtante des conversations en musique.

Service client

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions

a

Cadeau offert

Pour toutes commandes supérieure à 50 €

Paiement

Paiements 100% sécurisés / Protocole sécurisé SSL

a

Livraison rapide

Expédition en 24/48H dès sa réception en COLISSIMO DIRECT

Newsletter La Dolce Volta

Pour les amoureux de la musique classique, recevez nos dernières créations et profitez d'offres exclusives (un à deux envois par mois)
INSCRIPTION
close-link