Aucun produit dans le panier.

BACH // Intégrale de l’œuvre pour orgue

André Isoir,

Réalisée pour Calliope de 1975 à 1991, la version d’André Isoir de l’œuvre pour orgue intégrale de Jean-Sébastien Bach constitue une entreprise hors norme, unanimement encensée par la presse et le public.

, , ,

60,00 

Livraison estimée le 21/04/2021

- +

Description

Á la sortie de son premier CD consacré à Bach, André Isoir n’envisageait nullement de se lancer dans une intégrale. Mais son éditeur avait mentionné sur la pochette Volume I… « J’ai été piégé » disait-il avec humour. Ce fut une chance ! Il poursuivit en effet l’aventure, à un rythme serein, le sien. C’était en 1975. Les grands Préludes et Fugues, les Sonates en trio, l’Orgelbüchleinenregistrés à Aurich, Frankfurt, Esch-sur-Alzette obtinrent un immense succès, renforcé par des prises de son exceptionnelles. On sait la suite… Les enregistrements se sont succédés, s’orientant inéluctablement vers une intégrale… qui s’acheva en 1999 avec L’Art de la Fugue.

Indisponibles depuis 2008, La Dolce Volta nous rend en 15 CD à prix doux des interprétations légendaires pour leur toucher et leur ornementation magiques, pour une diction qui sculpte le temps avec une souveraine élégance et intériorité mis désormais en valeur par un habillage chic (remastérisation, présentation luxueuse, récente interview du maître, fiches organologiques).

CD 1 - Orgue Gerhard Grenzing, Saint-Cyprien en Périgord (1991)
  • Prelude & Fugue en Ut majeur BWV531 5’53
  • Ach Herr, mich armen Sünder BWV 742 1’58
  • Allein Gott in der Höh sei Ehr BWV 715 1’40
  • Herzliebster Jesu, was hast du verbrochen BWV 1093 2’37
  • Lobt Gott, ihr Christen, allzugleich BWV 732 1’07
  • O Jesu, wie ist dein Gestalt BWV 1094 3’15
  • Fantasia & Fugue en la mineur BWV 561 8’44
  • Vater unser im Himmelreich BWV 737 2’33
  • Vater unser im Himmelreich BWV 762 2’33
  • Herr Jesu Christ, dich zu uns wend BWV 726 0’57
  • Christ lag in Todesbanden BWV 718 4’27
  • Gelobet seist du, Jesu Christ BWV 722 1’12
  • Auf meinen lieben Gott BWV 744b 1’10
  • Prelude en sol majeur BWV 568 2’19
  • Fugue en sol majeur BWV 576 4’26
  • Christe, der du bist Tag und Licht BWV 1096 3’53
  • O Herre Gott, dein göttlich Wort BWV 1110 1’52
  • Wie schön leucht uns der Morgenstern BWV 739 4’08
  • Pedal-Exercitium BWV 598 2’19
  • Prelude en la mineur BWV 569 4’33
  • Gottes Sohn ist kommen BWV 724 1’06
  • Fugue en Ut majeur BWV Anh. 90 2’27
CD2 - Orgue Gerhard Grenzing, Saint-Cyprien en Périgord (1990)
  • Fugue en Sol majeur BWV 577 2’58
  • Erbarm’ dich mein, o Herre Gott BWV 721 3’37
  • Wir Christenleut BWV 1090 1’36
  • In dulci jubilo BWV 729 2’04
  • Fugue en Ut mineur BWV 575 3’54
  • Auf meinen lieben Gott BWV 744a 1’31
  • Allein Gott in der Hoh sei Ehr BWV 717 3’03
  • Jesu, meine Freude BWV 1105 2’11
  • Allein Gott in der Hoh sei Ehr BWV 711 2’25
  • Prelude & Fugue en Ut mineur BWV 549 5’26
  • Vom Himmel hoch, da komm ich her BWV 738 1’28
  • Fugue en sol mineur BWV 131a 1’56
  • In dulci jubilo BWV 751 1’43
  • Ach Gott, vom Himmel sieh’ darein BWV 741 4’40
  • Prelude & Fugue en la mineur BWV 551 5’20
  • Partita sopra “Christ, der du bist der helle Tag” BWV 766 10’30
  • Toccata en Mi majeur BWV 566 9’12
CD 3 - Orgue Georg Westenfelder, Fère-en-Tardenois (1991)
  • Fantasia en la mineur 4’02
  • Pastorella 2’42
  • Allemande 2’57
  • Aria 4’13
  • Gigue 1’10
  • Partite diverse sopra “O Gott, du frommer Gott“ BWV 767 15’46
  • O Lamm Gottes, unschuldig BWV 1085a 2’48
  • O Lamm Gottes, unschuldig alio modo BWV1085b 2’23
  • Nun freut euch, lieben Christen BWV 734 1’46
  • Partite diverse sopra “Ach, was soll ich Sünder machen ?“ BWV 770 14’09
  • Fantasia super “Valet will ich dir geben“ BWV735 3’21
  • Das alte Jahr vergangen ist BWV 1091 3’11
  • Prelude & Fugue in G major / Sol majeur / G-Dur BWV 550 5’59
CD 4 - Orgue Gerhard Grenzing, Saint-Cyprien en Périgord (1989)
  • Prelude & Fugue en la mineur BWV 543 8’31
  • Fuga super “Allein Gott in der Höh’ sei Ehr“ BWV 716 2’05
  • Fughetta “Das Jesulein soll doch mein Trost“ BWV 702 1’32

 

Fantasia en sol majeur BWV 572

  • Très vivement 1’09
  • Grave 5’59
  • Lentement 2’07

 

  • Ich hab’ mein Sach’ Gott heimgestellt BWV 708 1’00
  • Ich hab’ mein Sach’ Gott heimgestellt BWV 707a & 707b 5’06
  • Eine feste Burg ist unser Gott BWV 720 3’13
  • Fugue en si mineur on a theme of Corelli BWV 579 4’55
  • Liebster Jesu, wir sind hier (decorated) BWV 731 2’36
  • Liebster Jesu, wir sind hier (alio modo) BWV 730 1’32
  • Fugue en ut mineur on a theme of Legrenzi BWV 574 6’04
  • Christus, der uns selig macht BWV 747 4’45
  • Alla breve en ré majeur BWV 589 4’13
  • Prelude & Fugue en mi mineur BWV 533 6’30
  • Fuga sopra il Magnificat BWV 733 3’45
CD 5 - Orgue Jürgen Ahrend, Lambertikirche Aurich (1975)
  • Prelude & Fugue en ré majeur BWV 532 10’06
  • Fantasia sopra “Christ lag in Todes Banden“ BWV 695 3’15
  • Liebster Jesu, wir sind hier BWV 706a 1’54
  • Fughetta super “Christum wir sollen loben schon“ BWV 696 1’24
  • Prelude & Fugue en fa mineur BWV 534 8’02
  • Fughetta super “Gottes Sohn ist kommen“ BWV 703 0’51
  • Wo soll ich fliehen hin BWV 694 3’10
  • Wir glauben all an einen Gott, Schöpfer BWV 765 3’05
  • Prelude & Fugue en sol mineur BWV 535 6’50
  • Fughetta super “Herr Christ, der einig Gottes Sohn“ BWV 698 1’07
  • Fantasia en ut mineur BWV 562 5’33
  • Fughetta super “Nun komm, der Heiden Heiland“ BWV 699 1’02
  • Fughetta super “Gelobet seist du, Jesu Christ“ BWV 697 0’49
  • Ach Gott und Herr BWV 714 3’56
  • Fantasia sopra “Jesu, meine Freude“ BWV 713 4’37
  • Herr Christ, der einig Gottes Sohn BWV Anh. 55 1’52
  • Fantasia (Prelude) & Fugue en ut mineur BWV 537 8’11
CD 6 - Orgue Joseph Gabler, Weingarten (1988)

Toccata & Fugue en ré mineur BWV 565

  • Toccata 2’36
  • Fugue 5’41

 

Toccata, Adagio & Fugue en Ut majeur BWV 564

  • Toccata 5’24
  • Adagio 4’29
  • Fugue 4’37

 

Toccata & Fugue “Dorian” en ré mineur BWV 538

  • Toccata 4’47
  • Fugue 7’18

 

  • Aria en Fa majeur BWV 587 3’02
  • Fantasia en sol mineur BWV 542 5’54
  • Trio en ré mineur BWV 583 4’35
  • Fugue en sol mineur BWV 542 5’35

 

Toccata & Fugue en Fa majeur BWV 540

  • Toccata 7’40
  • Fugue 5’21
CD 7 - Orgue Gerhard Grenzing, Saint-Cyprien en Périgord (1988)

Concerto en la mineur after Vivaldi, op.3 no.8 BWV 593

  • Tempo giusto 3’51
  • Adagio 3’30
  • Allegro 3’26

 

  • Liebster Jesu, wir sind hier BWV 754 2’13

 

Concerto en Ut majeur after Vivaldi “Grosso Mogul” (RV 285a) BWV 594

  • Tempo giusto 6’18
  • Recitativ 3’32
  • Allegro 7’48

 

  • Fugue en sol mineur BWV 578 3’40

 

Concerto en ré mineur after Vivaldi, op.3 no.11 BWV 596

  • Tempo giusto 1’35
  • Fuga 3’12
  • Largo 2’43
  • Finale

 

  • Fantasia con imitazione en si mineur BWV 563 3’42

 

Concerto en Sol majeur after Prince Johann Ernst of Saxe-Weimar BWV 592

  • Tempo giusto 2’53
  • Grave 2’11
  • Presto 1’51

 

  • Canzona en ré mineur BWV 588 5’29

 

Concerto en Ut majeur after Prince Johann Ernst of Saxe-Weimar BWV 595

  • Allegro 3’37
CD 8 - Orgue Joseph Gabler, Weingarten (1988)
  • Passacaglia en ut mineur BWV 582 11’55
  • Herr Jesu Christ, dich zu uns wend BWV 709 3’20
  • Fughetta super “Lob sei dem allmächtigen Gott“ BWV 704 0’56
  • Wer nur den lieben Gott lässt walten BWV 690 2’02
  • Wer nur den lieben Gott lässt walten BWV 691 2’12
  • Durch Adams Fall ist ganz verderbt BWV 705 2’45
  • Partita diverse sopra “Sei gegrüsset, Jesu gütig“ BWV 768 21’26
  • Fughetta super “Vom Himmel hoch, da komm ich her“ BWV701 1’31
  • Trio en sol mineur BWV 584 2’53

 

Les Chorales Schübler

  • Wachet auf, ruft uns die Stimme BWV 645 4’31
  • Wo soll ich fliehen hin BWV 646 1’38
  • Wer nur den lieben Gott lässt walten BWV 647 3’38
  • Meine Seele erhebet den Herrn BWV 648 2’30
  • Ach bleib bei uns, Herr Jesu Christ BWV 649 2’35
  • Kommst du nun, Jesu, von Himmel herunter BWV 650 3’33
CD 9 - Orgue Jürgen Ahrend, Cantate Domino Church - Frankfurt (1977)

Avent

  • Nun komm, der Heiden Heiland BWV 599 1’21
  • Gottes Sohn ist kommen BWV 600 1’09
  • Herr Christ, der ein’ge Gottessohn BWV601 1’36

 

Noël

  • Lob sei dem allmächtigen Gott BWV 602 0’55
  • Puer natus est in Bethlehem BWV 603 0’53
  • Gelobet seist du, Jesu Christ BWV 604 1’39
  • Der Tag, der ist so freudenreich BWV 605 1’48
  • Vom Himmel hoch, da komm ich her BWV 606 0’51
  • Vom Himmel kam der Engel Schar BWV 607 1’05
  • In dulci jubilo BWV 608 1’34
  • Lobt Gott, ihr Christen, allzugleich BWV 609 0’49
  • Jesu, mein Freude BWV 610 2’50
  • Christum wir sollen loben schon BWV 611 2’15
  • Wir Christenleut BWV 612 1’22

 

Nouvelle année

  • Helft mir Gottes Güte preisen BWV 613 1’16
  • Das alte Jahre vergangen ist BWV 614 2’39
  • In dir ist Freude BWV 615 12’38

Le Cantique de Siméon

  • Mit Fried und Freud ich fahr dahin BWV 616 2’17
  • Herr Gott, nun schleuß den Himmel auf BWV 617 2’21

Passion

  • O Lamm Gottes, unschuldig BWV 618 4’08
  • Christe, du Lamm Gottes BWV 619 0’55
  • Christus, der uns selig macht BWV 620 1’55
  • Da Jesus an dem Kreuze stund BWV 621 1’29
  • O Mensch, bewein deine Sünde groß BWV 622 5’41
  • Wir danken dir, Herr Jesu Christ BWV 623 0’52
  • Hilf, Gott, dass mir’s gelinge BWV 624 1’56

Pâques

  • Christ lag in Todesbanden BWV 625 1’47
  • Jesus Christus, unser Heiland BWV 626 0’56
  • Christ ist erstanden BWV 627 3’44
  • Erstanden ist der heilge Christ BWV 6280’42
  • Erschienen ist der herrliche Tag BWV 6291’01
  • Heut triumphieret Gottes Sohn BWV 630 1’17

Pentecôte

  • Komm, Gott Schöpfer, Heiliger Geist BWV 631 0’51

La Parole de Dieu

  • Herr Jesu Christ, dich zu uns wend BWV 632 1’01
  • Liebster Jesu, wir sind hier BWV 633/634 2’23

Foi

  • Dies sind die heilgen zehn Gebot BWV 635 1’15
  • Vater unser im Himmelreich BWV 636 1’40

Pénitence

  • Durch Adams Fall ist ganz verderbt BWV 637 1’59

Justification

  • Es ist das Heil uns kommen her BWV 638 1’07

La vie du chrétien

  • Ich ruf zu dir, Herr Jesu Christ BWV 639 2’46

Consolation

  • In dich hab ich gehoffet, Herr BWV 640 1’10
  • Wenn wir in höchsten Nöten sein BWV 641 2’12
  • Wer nur den lieben Gott lässt walten BWV 642 1’48

Obsèques

  • Alle Menschen müssen sterben BWV 643 1’34
  • Ach wie nichtig, ach wie flüchtig BWV 644 0’42
CD 10 - Orgue Jürgen Ahrend, Lambertikirche Aurich (1976)
  • Prelude & Fugue “Wedge” en mi mineur BWV 548 14’42
  • Prelude & Fugue en Sol majeur BWV 541 13’27
  • Prelude & Fugue en si mineur BWV 544 13’29
  • Prelude & Fugue en Ut majeur BWV 545 12’15
  • Trio en ré mineur BWV 583 6’03
  • Prelude & Fugue en Ut majeur BWV 547 10’03
CD 11 - Orgue Georg Westenfelder, Esch-sur-Alzette (Luxembourg) (1979)

Trio Sonata No. 1 en mi bémol majeur BWV 525

  • Allegro moderato 3’24
  • Adagio 9’29
  • Allegro 3’41

Trio Sonata No. 2 en ut mineur BWV 526

  • Vivace 3’47
  • Largo 4’08
  • Allegro 4’24

Trio Sonata No. 3 en ré mineur BWV 527

  • Andante 5’25
  • Adagio e dolce 6’39
  • Vivace 3’52

Trio Sonata No. 4 en mi mineur BWV 528

  • Vivace 2’48
  • Andante 5’29
  • Un poco allegro 2’31

Trio Sonata No. 5 en ut majeur BWV 529

  • Allegro 5’18
  • Largo 5’32
  • Allegro 4’05
CD 12 - Orgue Georg Westenfelder, Esch-sur-Alzette (Luxembourg) (1979) et l'orgue Jürgen-Ahrend, Lambertikirche Aurich* (1976)

Trio Sonata en Sol majeur BWV 530

  • Vivace 3’54
  • Lento 8’23
  • Allegro 4’00

 

  • Prelude & Fugue en La majeur BWV 536 8’05
  • Valet will ich dir geben BWV736 4’50
  • Herzlich tut mich verlangen BWV 727 2’39
  • An Wasserflüssen Babylon BWV 653b 5’55
  • Prelude en Ut majeur BWV 943 1’37
  • Jesus, meine Zuversicht BWV 728 2’36
  • Prelude & Fugue en Ut mineur BWV 546* 13’03
  • Trio en Sol majeur BWV 1027* 7’21
  • Prelude & Fugue en ré mineur BWV 539* 8’20
CD 13 - Orgue Joseph Gabler, Weingarten (1990)

La Messe pour orgue (troisième partie de la Clavier-Übung)

  • Prelude en mi bémol majeur BWV 552a 8’40
  • Kyrie, Gott Vater in Ewigkeit BWV 669 3’02
  • Christe, aller Welt Trost BWV 670 3’58
  • Kyrie, Gott heiliger Geist BWV 671 5’05
  • Kyrie, Gott Vater in Ewigkeit BWV 672 1’12
  • Christe, aller Welt Trost BWV 673 1’15
  • Kyrie, Gott heiliger Geist BWV 674 1’13
  • Allein Gott in der Höh sei Ehr BWV 675 2’52
  • Allein Gott in der Höh sei Ehr BWV 676 4’38
  • Fughetta super “Allein Gott in der Höh sei Ehr” BWV 677 1’06
  • Dies sind die heil’gen zehn Gebot BWV 678 4’54
  • Fughetta super “Dies sind die heil’gen zehn Gebot” BWV 679 1’39
  • Wir glauben all’ an einen Gott BWV 680 3’10
  • Fughetta super “Wir glauben all’ an einen Gott” BWV 681 1’23
  • Vater unser im Himmelreich BWV 682 7’56
  • Vater unser im Himmelreich BWV 683 1’31
  • Christ, unser Herr, zum Jordan kam BWV 684 3’52
  • Christ, unser Herr, zum Jordan kam BWV 685 1’29
  • Aus tiefer Not schrei ich zu dir BWV 686 6’28
CD 14 - Orgue Georg Westenfelder, Fère-en-Tardenois (1990)

La Messe pour orgue (troisième partie de la Clavier-Übung)

  • Aus tiefer Not schrei ich zu dir BWV 687 6’54
  • Jesus Christus unser Heiland BWV 688 3’34
  • Fuga super “Jesus Christus, unser Heiland” BWV 689 4’44
  • Duet No. 1 en mi mineur BWV 802 2’14
  • Duet No. 2 en Fa majeur BWV 803 2’56
  • Duet No. 3 en Sol majeur BWV 804 3’19
  • Duet No. 4 en la mineur BWV 805 2’38
  • Fugue “St Anne” en Mi bémol majeur BWV 552b 6’47

 

Variations canoniques sur le choral de Noël

  • Variation I, In Canone all’Ottava 1’16
  • Variation II, Alio modo in Canone alla Quinta 1’11
  • Variation III, In Canone alla Settima 2’18
  • Variation IV, In Canone all’Ottava per augmentationem 2’38
  • Variation V, L’altra sorte del Canone al rovercio 2’45

 

Les Chorals de Leipzig (1ère partie) ordonnés suivant le déroulement de l’année liturgique

 

  • Avent
  • Nun komm der Heiden Heiland BWV 659 4’33
  • Trio super “Nun komm der Heiden Heiland” BWV 660 2’40
  • Nun komm’ der Heiden Heiland BWV 661 2’23

 

Septuagésime (troisième dimanche avant le Carême)

  • An Wasserflüssen Babylon BWV 653a 5’05

 

Passion

  • O Lamm Gottes, unschuldig BWV 656 8’13
CD 15 - Orgue Georg Westenfelder, Fère-en-Tardenois (1990) & L'orgue Joseph Gabler, Weingarten* (1988)

Les Chorals de Leipzig (2ème partie) ordonnés suivant le déroulement de l’année liturgique

  • Pentecôte
  • Fantasia super “Komm, heiliger Geist, Herre Gott BWV 651 4’54
  • Komm, heiliger Geist BWV 652 8’25
  • Trio super “Herr Jesu Christ, dich zu uns wend” BWV 655 3’42
  • Komm Gott, Schöpfer, heiliger Geist BWV 667 2’08

 

  • Trinité
  • Allein Gott in der Hoh sei Ehr BWV 662 6’50
  • Allein Gott in der Hoh sei Ehr BWV 663 6’29
  • Trio super “Allein Gott in der Höh sei Ehr“ BWV 664 5’10

 

  • 2e dimanche après la Trinité / Schmücke dich, o liebe Seele BWV 654 7’57

 

  • Réformation / Nun danket alle Gott BWV 657 3’54

 

La vie du chrétien

  • Jesus Christus unser Heiland BWV 665 5’08
  • Jesus Christus unser Heiland BWV 666 3’20
  • Von Gott will ich nicht lassen BWV 658 4’52
  • Vor deinen Thron tret ich BWV 668 4’07

 

  • Ricercare à 6 voix de l’Offrande musicale * 8’14

 

 

« Diapason d'or absolu » - Diapason

Une remastérisation discrète mais sensible confirme les superlatifs attachés à l’intégrale Bach d’André Isoir : la plus allègre et la plus pétillante, grâce à une manière d’attaquer le clavier sans rivale dans les pièces de virtuosité ; mais aussi, bien souvent, la plus lyrique, la plus majestueuse et (révérence gardée au grand Chapuis) la plus sentie.
L’intériorité domine dans les volumes gravés à la fin des années 1970 sous la direction artistique de Georges Kisselhoff, avec leurs tempos retenus et leurs raffinements magiques, sur des orgues de Jürgen Ahrend à la sublimité apollinienne (Orgelbüchlein). On sent venir un tournant avec des sonates en trio miraculeuses, hymne à la danse qui clôt cette série. Après une pause d’une décennie, les prises de son d’Igor Kirkwood assurent la relève, sur le Grenzing périgourdin de Saint-Cyprien, dans la veine ouverte par les sonates : le crépitement du toucher, le sens de la couleur, le jaillissement de l’ornementation, mais surtout le travail incroyable du rythme, entre l’extrême dynamisme et le temps suspendu.
On est toujours stimulé, toujours étonné, toujours sollicité, toujours intrigué. Même par le choix du seul orgue ancien de ce coffret. Isoir, qui aime tant la vivacité dans les orgues modernes, dédaigne cette Saxe où se presse la foule de ses confrères et va braver le monument rococo de Weingarten (Gabler, 1750) ; il le réveille de sa souabe placidité et vous sort la Passacaille et le Ricercar à six les plus grandioses de toute la discographie, à vous tirer des frissons.

Diapason d’or absolu aux enregistrements et félicitations aux graphistes et à l’éditeur qui à soigné un livret élégant.

« La lumineuse évidence de l'intégrale Bach par Isoir » - Resmusica

La version d’André Isoir reste une référence absolue, comme tout ce qu’a produit cet artiste incomparable. Naturel est le premier mot qui vient à l’esprit pour qualifier le jeu d’André Isoir : fluide dans sa simplicité et d’une lumineuse évidence. Cette interprétation est à la fois pétillante et profonde, allègre et sensible, à l’image du musicien.

Il y a deux périodes dans cette intégrale : de 1975 à 1979, c’est George Kisselhoff qui signe les prises de son analogiques sur des orgues Ahrend (Francfort et Aurich) et Westenfelder (Esch-sur-Alzette). La deuxième période, enregistrée en numérique de 1988 à 1993, paraît plus personnelle. Isoir devient son propre directeur artistique et supervise avec une grande exigence la position des micros d’Igor Kirkwood. Son goût pour la facture et sa grande connaissance de la mécanique des orgues l’amènent souvent à passer de l’autre côté de la console pour d’ultimes réglages. Il y avait de l’artisan chez André Isoir, un bricoleur de génie au sens le plus noble du terme. Et une exigence précise pour la recherche du son parfait, de la bonne diction pour rendre le discours expressif. Pour cela, il a choisi des instruments de facture récente, parfaitement harmonisés.
Dans un livre d’entretien avec Pascale Rouet (« André Isoir, histoire d’un organiste passionné » chez Delatour), il reconnait « ne pas avoir souhaité une approche historicisante dans le choix des instruments » pour son intégrale. Il ajoute « je suis très exigeant sur les qualités sonores et mécaniques des instruments. L’un de mes orgues fétiches est celui de St Cyprien dans le Périgord, un instrument de Gerhard Grenzing ». Six des CDs de cette intégrale (ainsi que L’Art de la Fugue, absent de ce coffret) sont enregistrés sur cet orgue de dimensions modestes. Une seule exception dans le choix de cet instrumentarium moderne : l’orgue Gabler de Weingarten en Souabe, où ont été enregistrés la troisième partie de la Clavier-Übung, les chorals Schübler, le Ricercare de l’Offrande Musicale et la grande Passacaille en ut mineur, sommet de ce corpus. Isoir trouvait le plein-jeu de cet orgue somptueux. Et Igor Kirkwood a dû faire des prodiges pour enregistrer les six plans sonores de cet instrument monumental.

Avant tout, André Isoir est un coloriste. Le choix des mélanges de jeux est particulièrement soigné. Pas de recherche d’effets gratuits, chaque changement de couleur est suggéré par un changement d’écriture. Lui qui avait comme souci permanent de toujours relancer l’attention du public s’appuie pour cela sur une connaissance profonde de la rhétorique. Dans les chorals, on sent un grand respect du texte et la recherche d’une registration sereine. Dans le In dulci JubiloBWV751, il nous semble entendre les petites flûtes des instruments mécaniques qu’il affectionnait. Les mélanges sont souvent originaux: ainsi dans la toccata du grand triptyque en ut majeur, il commence sur des échos flûtés là où on entend généralement le plenum. Dans l’ensemble, la deuxième partie (celle enregistrée après 1988) offre des tempi plus allants, plus libérés. On y admire la grande virtuosité des traits en stylus phantasticus, comme à la fin de la fugue en ut mineur BWV549.

André Isoir était alors au sommet de son art. Cette intégrale est un maillon indispensable pour la connaissance de l’œuvre d’orgue de Bach. Il semble que l’interprète et le compositeur s’y retrouvent en un seul personnage : un personnage attachant, généreux et attentif, sensible et drôle.

« Quand vous entrez dans une église et que vous voyez ces grands tuyaux de métal luisant dans l’ombre et que vous imaginez un homme seul faisant marcher tout cela, vous avez vraiment envie d’être cet homme-là. Il faut reconnaître que l’orgue est un instrument attachant. »

André Isoir, né à Saint-Dizier, fit ses études musicales à l’école César Franck où il fut notamment l’élève d’Édouard Souberbielle pour l’orgue et Germaine Mounier pour le piano. Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur où il obtient, à l’unanimité du jury, le premier prix d’orgue et d’improvisation en 1960 dans la classe de Rolande Falcinelli.

Il est ensuite lauréat de plusieurs concours internationaux : à Saint-Albans (Angleterre) où lui est décerné le premier prix en 1965, puis à Haarlem (Hollande) où il est vainqueur trois années consécutives (1966, 67, 68), remportant ainsi le «Prix de Challenge» qu’il est, à ce jour, le seul français à avoir obtenu depuis la fondation de ce concours en 1951.

Il a enregistré une soixantaine de disques, ce qui lui a valu d’obtenir 8 grand prix du disque (de 1972 à 1991), ainsi que le prix du Président de la République pour le « Livre d’Or de l’Orgue Français ».

André Isoir complète sa culture musicale par une connaissance approfondie de la facture instrumentale ; celle-ci contribuant, selon lui, à une meilleure approche des différents styles, tant au point de vue de la technique, qu’à celui de la registration.

Organiste émérite de Saint-Germain-des-Prés à paris et Chevalier des Arts et Lettres ainsi que dans l’ordre national du Mérite, il est également nommé meilleur soliste instrumental de l’année aux deuxièmes victoires de la musique.

Service client

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions

a

Cadeau offert

Pour toutes commandes supérieure à 50 €

Paiement

Paiements 100% sécurisés / Protocole sécurisé SSL

a

Livraison rapide

Expédition en 24/48H dès sa réception en COLISSIMO DIRECT

Newsletter La Dolce Volta

Pour les amoureux de la musique classique, recevez nos dernières créations et profitez d'offres exclusives (un à deux envois par mois)
INSCRIPTION
close-link