SCHUMANN // Intégrale de l’œuvre pour piano seul

Dana Ciocarlie,

Réaliser une intégrale de l’œuvre pour piano seul de Robert Schumann est une aventure folle. L’enregistrer lors de quinze concerts est un roc à dompter, surmonté de pièges à déjouer. C’est aussi un long voyage intérieur qu’entreprend avec bonheur la pianiste Dana Ciocarlie.

, , ,

40,00 

19 en stock

Livraison estimée le 08/12/2021

- +

Description

Comme un peintre qui ressent le besoin d’étaler devant lui, toile après toile, son œuvre, Dana Ciocarlie vit pleinement le besoin de bâtir quelque chose qui s’inscrit dans la durée… alors que son rôle habituel s’arrête à la fin d’une représentation ponctuelle. Son moyen d’expression est l’interprétation, et son univers est schumannien.

« Il faut avoir un amour démesuré envers Schumann pour s’engager dans un projet de cette nature. »

Dana Ciocarlie se sent chez elle dans l’univers musical de Schumann habité par la passion, le tourment, les allusions littéraires, l’humour et l’élan spontané.

Cette lutte perpétuelle et hallucinée avec le destin, voilà ce qui est magnifique chez Schumann.

Cette première mondiale d’intégrale live de l’œuvre pour piano seul de Robert Schumann n’a pu s’obtenir qu’au prix d’un travail titanesque appelé à faire date !

CD 1 / TT: 63'43

Papillons op.2

 

  • N°1 en ré majeur 0’47
  • N°2 en mi bémol majeur 0’30
  • N°3 en fa dièse mineur 0’53
  • N°4 en fa dièse mineur 0’41
  • N°5 en si bémol majeur 1’15
  • N°6 en ré mineur 0’56
  • N°7 en fa mineur 0’36
  • N°8 en ut dièse mineur 1’13
  • N°9 en si bémol mineur 0’44
  • N°10 en ut majeur 1’57
  • N°11 en ré majeur 2’53
  • N°12 en ré majeur 1’49

 

Große Sonate fis-moll op.11, Fräulein Clara Wieck gewidmet

 

  • Un poco Adagio – Allegro vivace 13’00
  • Aria 3’17
  • Scherzo e intermezzo 4’57
  • Allegro un poco maestoso 12’12

 

Sechs Studien nach Capricen von Paganini op.3

 

  • Agitato 3’33
  • Allegretto 2’58
  • Andante 2’01
  • Allegro 2’41
  • Lento – Allegro assai 2’52
  • Allegro molto 1’48
CD 2 / TT: 71'35

Carnaval op.9 / Scènes mignonnes composées pour le Pianoforte sur quatre notes

 

  • Préambule 2’20
  • Pierrot 1’55
  • Arlequin 1’00
  • Valse noble 1’56
  • Eusebius 2’02
  • Florestan 0’58
  • Coquette 1’36
  • Réplique 0’54
  • Sphinxes 0’45
  • Papillons 0’48
  • A.S.C.H.-S.C.H.A. (Lettres dansantes) 0’54
  • Chiarina 1’11
  • Chopin 1’17
  • Estrella 0’34
  • Reconnaissance 1’37
  • Pantalon et Colombine 1’07
  • Valse allemande 0’53
  • Paganini 1’26
  • Aveu 1’05
  • Promenade 2’29
  • Pause 0’18
  • Marche des « Davidsbündler » contre les Philistins 4’11

 

Impromptus über ein Thema von Clara Wieck op.5

 

  • Un poco adagio 1’25
  • *** 0’33
  • Espressivo 0’38
  • *** 0’50
  • *** 1’03
  • *** 1’10
  • Presto 0’58
  • Tempo des Themas 0’53
  • *** 1’42
  • *** 1’52
  • Allegro con brio 2’17
  • Vivace 4’46

 

Faschingsschwank aus Wien op.26

 

  • Allegro 9’18
  • Romanze 2’38
  • Scherzino 2’12
  • Intermezzo 1’55
  • Finale 5’45
CD 3 / TT: 70'53

Variationen über den Namen Abegg op.1

 

  • Tema 0’46
  • Variation 1 1’15
  • Variation 2 1’06
  • Variation 3 0’53
  • Cantabile 1’18
  • Finale alla Fantasia 2’38

 

Davidsbündlertänze op.6

 

  • Lebhaft 1’30
  • Innig 1’28
  • Mit Humor 1’32
  • Ungeduldig 0’47
  • Einfach 2’08
  • Sehr rasch 1’51
  • Nicht schnell 4’44
  • Frisch 1’02
  • Lebhaft 1’31
  • Balladenmäßig, sehr rasch 1’27
  • Einfach 1’43
  • Mit Humor 0’45
  • Wild und lustig 3’19
  • Zart und singend 2’34
  • Frisch 1’58
  • Mit gutem Humor 1’38
  • Wie aus der Ferne 4’13
  • Nicht schnell 2’14

 

4 Klavierstücke op.32

 

  • Scherzo 3’43
  • Gigue 1’07
  • Romanze 3’31
  • Fughette 1’24

 

Vier Märsche op.76

 

  • Mit größter Energie 3’42
  • Sehr kräftig 3’52
  • Sehr mäßig 3’04
  • Mit Kraft und Feuer 5’52
CD 4 / TT: 62'54
  • Allegro h-Moll 9’46

 

Klaviersonate Nr. 3 f-Moll op.14

 

  • Allegro 7’53
  • Scherzo. Molto commodo 5’58
  • Quasi variazioni. Andantino 7’17
  • Finale. Prestissimo possibile 7’18

 

  • Anhang – Scherzo I 3’04

 

  • Blumenstück op.19 6’16

 

Sieben Klavierstücke in Fughettenform op.126

 

  • Nicht schnell, leise vorzutragen 1’35
  • Mäßig 1’48
  • Ziemlich bewegt 2’23
  • Lebhaft 2’36
  • Ziemlich langsam, empfindungsvoll vorzutragen 2’50
  • Sehr schnell 1’33
  • Langsam, ausdrucksvoll 2’27
CD 5 / TT: 68'31

Kinderszenen op.15

 

  • Von fremden Ländern und Menschen 1’41
  • Kuriose Geschichte 1’02
  • Hasche-Mann 0’35
  • Bittendes Kind 0’54
  • Glückes genug 1’17
  • Wichtige Begebenheit 0’50
  • Träumerei 2’40
  • Am Kamin 0’55
  • Ritter vom Steckenpferd 0’41
  • Fast zu ernst 1’25
  • Fürchtenmachen 1’50
  • Kind im Einschlummern 2’02
  • Der Dichter spricht 2’31

 

Kreisleriana op.16

 

  • Äußerst bewegt 2’56
  • Sehr innig und nicht zu rasch 9’17
  • Sehr aufgeregt 4’47
  • Sehr langsam 3’46
  • Sehr lebhaft 2’57
  • Sehr langsam 3’44
  • Sehr rasch 2’17
  • Schnell und spielend 3’18

 

Variationen über ein Tema in Es-dur, Anh. F39, „Geistervariationen“

 

  • Tema 1’43
  • Variation I 1’14
  • Variation II 1’29
  • Variation III 1’27
  • Variation IV 1’42
  • Variation V 1’57

 

  • Toccata op.7 7’20
CD 6 / TT: 59'34
  • Tema – Andante 1’23
  • Etude I – Un poco più vivo 1’10
  • Etude II – Andante 2’57
  • Etude III – Vivace 1’22
  • Etude IV – Allegro marcato 0’55
  • Etude V – Vivacissimo 1’14
  • Etude VI – Agitato 0’54
  • Etude VII – Allegro molto 1’16
  • Etude VIII – Andante 2’36
  • Etude IX – Presto possibile 0’39
  • Etude X – Allegro 1’19
  • Etude XI – Andante 2’52
  • Etude XII – Allegro brillante 6’26

 

Waldszenen op.82

 

  • Eintritt 2’02
  • Jäger auf der Lauer 1’34
  • Einsame Blumen 2’01
  • Verrufene Stelle 3’23
  • Freundliche Landschaft 1’11
  • Herberge 2’02
  • Vogel als Prophet 3’07
  • Jagdlied 2’19
  • Abschied 3’23

 

Symphonische Etüden op.13 Anhang

 

  • Tema – Andante 1’23
  • Variation I 1’52
  • Variation II 1’48
  • Variation III 1’29
  • Variation IV 3’07
  • Variation V 3’35
CD 7 / TT: 70'17

Fantasie op.17

 

  • Durchaus phantastisch und leidenschaftlich vorzutragen; Im Legenden-Ton 11’59
  • Mäßig. Durchaus energisch 7’35
  • Langsam getragen. Durchweg leise zu halten 10’43

 

Nachtstücke op.23

 

  • Mehr langsam, oft zurückhaltend 4’22
  • Markiert und lebhaft 5’29
  • Mit großer Lebhaftigkeit 4’09
  • Ad libitum – Einfach 2’55

 

Gesänge der Frühe op.133

 

  • Im ruhigen Tempo 2’43
  • Belebt, nicht zu rasch 2’22
  • Lebhaft 2’08
  • Bewegt 2’06
  • Im Anfange ruhiges, im Verlauf bewegtes Tempo 3’15

 

Drei Fantasiestücke op.111

 

  • Sehr rasch, mit leidenschaftlichem Vortrag 2’17
  • Ziemlich langsam 4’46
  • Kräftig und sehr markiert 3’17
CD 8 / TT: 76'38

Album für die Jugend op.68

 

  • Melodie 1’00
  • Soldatenmarsch 0’49
  • Trällerliedchen 0’59
  • Ein Choral 1’16
  • Stückchen 0’59
  • Armes Waisenkind 1’35
  • Jägerliedchen 1’00
  • Wilder Reiter 0’31
  • Volksliedchen 1’26
  • Fröhlicher Landmann, von der Arbeit zurückkehrend 0’39
  • Sizilianisch 1’37
  • Knecht Ruprecht 1’59
  • Mai, lieber Mai 1’59
  • Kleine Studie 1’39
  • Frühlingsgesang 2’41
  • Erster Verlust 2’04
  • Kleiner Morgenwanderer 1’23
  • Schnitterliedchen 0’50
  • Kleine Romanze 0’54
  • Ländliches Lied 1’11
  • *** 1’41
  • Rundgesang 1’27
  • Reiterstück 1’29
  • Ernteliedchen 1’22
  • Nachklänge aus dem Theater 1’29
  • *** 2’03
  • Kanonisches Liedchen 1’33
  • Erinnerung 1’55
  • Fremder Mann 2’30
  • *** 3’31
  • Kriegslied 1’16
  • Sheherazade 3’17
  • Weinlesezeit – fröhliche Zeit! 1’56
  • Thema 2’08
  • Mignon 3’17
  • Lied italienischer Marinari 1’18
  • Matrosenlied 3’21
  • Winterszeit I 2’22
  • Winterszeit II 3’40
  • Kleine Fuge 2’18
  • Nordisches Lied 1’47
  • Figurierter Choral 1’52
  • Sylvesterlied 2’12
CD 9 / TT: 61'46

Intermezzi op.4

 

  • Allegro quasi maestoso 3’16
  • Presto a capriccio 4’07
  • Allegro marcato 3’32
  • Allegretto semplice 1’40
  • Allegro moderato 4’49
  • Allegro 3’00

 

  • Arabeske op.18 6’26

 

Fantasiestücke op.12

 

  • Des Abends 3’48
  • Aufschwung 3’19
  • Warum? 2’46
  • Grillen 3’25
  • In der Nacht 3’57
  • Fabel 2’25
  • Traumes Wirren 2’36
  • Ende vom Lied 5’20

 

Album für die Jugend op.68 (Anhang)

 

  • Auf der Gondel 0’59
  • Bärentanz 0’32
  • Für ganz Kleine 0’17
  • Gukkuk im Versteck 0’47
  • Haschemann 0’49
  • *** 0’24
  • *** 0’40
  • Lagune in Venedig 0’55
  • *** 0’52
  • Puppenschlafliedchen 0’21
  • Rebus 0’31
CD 10 / TT: 70'29

Klaviersonate Nr.2 g-Moll op.22

 

  • So rasch wie möglich 6’20
  • Andantino. Getragen 4’55
  • Scherzo. Sehr rasch und markiert 1’39
  • Rondo. Presto 5’18

 

  • Presto, passionato (Ursprüngliches Finale) 7’44

 

Sechs Konzert-Etüden nach Capricen von Paganini op.10

 

  • Allegro molto 5’50
  • Non troppo lento 5’12
  • Vivace 3’43
  • Maestoso 7’43
  • *** 2’37
  • Sostenuto – Allegro 5’10

 

Klaviersonate für die Jugend op.118 Nr.2, Elisen zum Andenken

 

  • Allegro 6’45
  • Kanon 1’10
  • Abendlied 1’36
  • Kindergesellschaft 4’39
CD 11 / TT: 69'34

Exercices (Etüden in Form freier Variation über ein Thema von Beethoven) Anhang F 25

 

  • Thema 1’00
  • 1 0’58
  • 2 0’30
  • 3 0’49
  • A6 0’45
  • 4 1’02
  • A10 0’37
  • B7 1’00
  • 5 2’14
  • B5 1’22
  • 6 0’41
  • A7 0’52
  • 7 1’00
  • B4 1’10
  • A11 1’00
  • B3 2’21

 

Humoreske op.20

 

  • Einfach 5’49
  • Hastig 5’05
  • Einfach und zart 4’33
  • Innig 2’49
  • Sehr Lebhaft 3’44
  • Zum Beschluss 6’25

 

Klaviersonate für die Jugend op.118 Nr.1, Julien zur Erinnerung

 

  • Allegro 2’00
  • Thema mit Variationen 2’18
  • Puppenwiegenlied 1’34
  • Rondoletto 3’04

 

Klaviersonaten für die Jugend op.118 Nr.3, Marien gewidmet

 

  • Allegro 5’06
  • Andante 3’13
  • Zigeunertanz 1’30
  • Traum eines Kindes 4’52
CD 12 / TT: 66'12

Drei Romanzen op.28

 

  • Sehr markirt 3’31
  • Einfach 3’34
  • Sehr markirt 6’52

 

Novelletten op.21

 

  • Markiert und kräftig 5’14
  • Äußerst rasch und mit Bravour 5’56
  • Leicht und mit Humor 5’03
  • Ballmäßig. Sehr munter 3’54
  • Rauschend und festlich 10’41
  • Sehr lebhaft mit vielem Humor 5’15
  • Äußerst rasch 3’35
  • Sehr lebhaft 12’29
CD 13 / TT: 74'08

Albumblätter op.124

 

  • Impromptu 1’01
  • Leides Ahnung 1’39
  • Scherzino 0’52
  • Walzer 0’58
  • Phantasietanz 0’48
  • Wiegenliedchen 2’32
  • Ländler 1’04
  • Lied ohne Ende 3’30
  • Impromptu 1’09
  • Walzer 0’47
  • Romanze 1’19
  • Burla 1’18
  • Larghetto 0’48
  • Vision 0’49
  • Walzer 1’13
  • Schlummerlied 3’49
  • Elfe 0’28
  • Botschaft 1’27
  • Phantasiestück 2’01
  • Canon 1’06

 

Bunte Blätter op.99

 

  • Nicht schnell, mit Innigkeit 1’34
  • Sehr rasch 0’52
  • Frisch 0’49
  • Ziemlich langsam 1’48
  • Schnell 0’43
  • Ziemlich langsam, sehr gesangvoll 1’44
  • Sehr langsam 2’26
  • Langsam 1’30
  • Novellette 2’45
  • Präludium 1’09
  • Marsch 7’07
  • Abendmusik 3’25
  • Scherzo 4’26
  • Geschwindmarsch 3’04

 

Vier Fugen op.72

 

  • Nicht schnell 3’15
  • Sehr lebhaft 2’26
  • Nicht schnell und sehr ausdrucksvoll 3’18
  • Im mäßigem Tempo 2’50

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Au diapason avec l'âme torturée de Schumann » - Classica

La pianiste Dana Ciocarlie perce à jour la personnalité fantasque et instable du compositeur dans cette nouvelle intégrale de son œuvre pour piano seul.
Elle pénètre l’esprit d’un musicien avant tout poète et sujet aux variations d’humeur par une interprétation vibrante, véritable condensé d’énergie et de passion communicative.
Parmi les intégrales, la vision de Dana Ciocarlie impose une conception personnelle et captivante, qui rend justice à la fibre schumanienne.
Cette nouvelle version, très bien enregistrée et convaincante, occupe une place de premier plan.

« L'intégrale Schumann la plus accomplie » - Diapason

14 heures d’écoute continue d’une intégrale Schumann, et pas une seconde de lassitude. Dana Ciocarlie, son héroïne, arrive à tout tenir, des Fugues au sublime finale de la Fantaisie op.17, de la poésie des Scènes d’Enfants à la tellurique et fantasque Sonate n°3… A aucun moment l’attention ne décroche.
Dana Ciocarlie se distingue par un son clair et franc, des nuances subtiles. Les éclats orchestraux s’appuient sur des basses qui, l’espace d’un accord, sonnent comme des “contrebasses”. Elle fait chanter le piano sans jamais forcer sa voix, sans jamais non plus confondre confidence et sentimentalité, sentiment et affectation, effervescence et déséquilibre psychologique.
Certes les grands Maîtres sont toujours là, et bien là, dans les opus isolés qu’ils ont enregistrés, comme les vivants sont là, eux aussi. Mais à qui voudrait visiter l’œuvre escarpée de Schumann avec un guide inépuisable au regard perçant, Dana Ciocarlie s’impose.

« On aime passionnément » - Télérama

Sportive de haut niveau, Dana Ciocarlie insuffle élan et grâce à l’œuvre pour piano seul du romantique Schumann.
Lorsqu’elle était adolescente en Roumanie, où elle est née en 1967, Dana Ciocarlie était promise à un destin de nageuse professionnelle. Sa passion pour le piano a finalement pris le pas (tant mieux pour nous), mais l’on ne peut s’empêcher de retrouver quel­ques traits de la sportive de haut niveau dans ce coffret-somme, qui rassemble l’intégrale des pièces pour piano seul composées par Robert Schumann (1810-1856). Dana Ciocarlie a beau connaître intimement l’œuvre de Schumann, il fallait oser se « jeter à l’eau »,comme elle l’écrit dans le livret : quatre ans et demi de récitals enregistrés live, « sans filet », au même endroit (la salle Byzantine du palais de Béhague, qui abrite l’ambassade de Roumanie à Paris), sur le même type de piano (de beaux Yamaha CFX, soigneusement préparés), l’ingénieur du son François Eckert assurant la cohésion artistique et sonore de l’ensemble. Et pour mener l’expédition à son terme, bien sûr, un travail personnel phénoménal. « J’avais le sentiment de participer aux jeux Olympiques tous les six mois », dit drôlement Dana Ciocarlie.

Le résultat est époustouflant. Des ­Papillons légers, pleins de vie et de mélancolie qui ouvrent cette traversée schumanienne, jusqu’aux Quatre Fugues qui la referment, tout semble emporté dans une sorte d’élan, de souffle vital, sans que jamais soient aplanies les variations de rythmes et d’humeurs, essentielles dans cette musique aussi complexe et tourmentée que l’était son auteur. Pièces de l’intimité, les Scènes d’enfants révèlent une tendresse absolue, dépourvue de toute mièvrerie. Le Carnaval, lui, est aussi animé et ambigu qu’on peut le souhaiter. A la fois brillante, élégante et anxieuse, la Fantaisie op. 17 déploie tout une fresque mentale. Et les ex-apprentis pianistes seront probablement saisis d’une nostalgie jalouse à l’écoute de l’Album pour la jeunesse tant Dana Ciocarlie met de grâce et d’imagination dans ces miniatures faussement simples. De disque en disque, les climats varient sans cesse en fonction des états d’âme du compositeur, mais la gestion du rythme ne faiblit jamais, et le son reste ample, riche, lumineux. De la belle ouvrage, et l’occasion de (re)découvrir, jusque dans ses recoins les plus discrets, une œuvre exubérante et contrastée.

« Magnifique et rare intégrale de l'œuvre pour piano de Schumann » - Crescendo

L’intégrale de l’oeuvre pour piano seul de Schumann, en “live” de surcroît, est une denrée fort rare. On a connu celles de Karl Engel, Reine Gianoli, Jörg Demus et, plus récemment, Eric Le Sage… Aucune ne nous comblait vraiment. On se réjouissait d’en espérer une de Catherine Collard, tant cette pianiste que les dieux nous ont enlevée trop tôt était investie du compositeur. Aurait-elle passé la main à Dana Ciocarlie, pianiste roumaine venue rejoindre Paris pour parfaire sa formation auprès de Victoria Melki, Dominique Merlet et Georges Pludermacher ?
On retrouve ici, intensément habités et traduits, les idiomes schumanniens, ces termes allemands qui n’ont pas d’équivalents en français : le Fantasieren, l’Humor, la Sehnsucht, cette rythmique aussi, propre à la musique de Schumann, ces mouvances de l’humeur qui semblent improvisées pour traduire une profonde intimité. Dans le livret de la main de la pianiste, elle rappelle une lettre de Schumann de 1828 : “Ce que les hommes ne peuvent me donner, la musique me le donne; tous les hauts sentiments que je ne puis traduire, le piano les dit pour moi”. Ce qui nous rappelle une autre phrase de son Journal Intime : “Je ne parlais pas volontiers de musique si ce n’est aux arbres et aux oiseaux”.  Et si Dana Ciocarlie connaît bien la musique de Schumann pour avoir animé pendant onze ans l’”Atelier du musicien” aux côtés de Jean-Pierre Derrien sur France Musique -où il était souvent question de l’atelier de Schumann, tout autre chose est de l’interpréter, de se laisser totalement habiter jusqu’à se perdre, se fondre dans le compositeur au bord du gouffre tout en gardant la maîtrise du jeu. Du grand art !
La pianiste avoue que l’entreprise d’une intégrale est un peu folle, mais elle était irrésistible pour elle, habitée depuis toujours par l’oeuvre du compositeur. En 1996, elle fut remarquée au Concours Robert Schumann de Zwickau où trente ans plus tôt, Elisso Virssaladze, autre grande schumannienne remportait le Grand Prix.

Entre mars 2012 et octobre 2016 elle réalisa son rêve au Palais de Béhague, hôtel particulier du 7e arrondissement, résidence de l’ambassadeur de Roumanie. Quinze récitals en direct sur un excellent Yamaha CFX, une belle acoustique, des captations pour le label La Dolce Volta qui se trompe rarement dans le choix de ses interprètes. Dana Ciocarlie devait captiver le public car on n’entend aucun bruit de salle. Une intégrale indispensable pour pénétrer intimement cet univers bigarré de Schumann dont l’interprète nous confie un fil d’Ariane.

« Dana Ciocarlie main dans la main avec Schumann au théâtre des Champs-Élysées » - Bachtrack

On sait à quel point la Roumanie est une terre d’élection du plus grand piano : Haskil, Lipati, et plus près de nous Lupu, Grigore ou Vieru s’y sont illustrés. Dana Ciocarlie ne dément pas de cette tradition, s’imposant aujourd’hui comme une interprète majeure de Schumann : justesse de ton, engagement expressif, technique qui en fera rougir plus d’un, ce sont là les attributs d’un maître patenté de ce répertoire ô combien fuyant. Nous étions samedi dernier au concert qu’a donné l’artiste au Théâtre des Champs-Élysées à l’occasion de la sortie de son intégrale live chez La Dolce Volta.
Dana Ciocarlie a l’art du phrasé Schumannien infus. La liberté, la vitalité, la jeunesse intacte font de ses Kinderszenen un moment de pur grâce. Loin des interprètes qui se complaisent dans une sage et poétique distanciation, ou veulent imposer à ses pages leur logique d’adulte, Dana Ciocarlie ne craint pas les légères brusqueries d’humeur, les pirouettes de phrasé. Elle vit pleinement chacun de ses traits, oublieuse de ce qui précède, ne fixant son attention que sur ce qui naît sous ses doigts. Traitées avec tant de caractère, les scènes d’enfant semblent repousser les murs de leur modeste enveloppe. Et la variété d’humeur qu’y met la pianiste donne parfois l’étrange illusion de les découvrir : rien n’est reconstitué, tout est vécu comme au premier jour. Ciocarlie captive avec un Hasche–Mann (Colin-maillard) au séquençage comme improvisé, merveille de vitalité naturelle. Kind im Einschlummern (L’enfant s’endort) trouve en elle une chaleur hypnotique. Elle parvient à préserver une réelle simplicité dans Der Dichter spricht (le poète parle), tirant son relief d’un savant usage des silences.
La voilà bientôt qui donne de la chair à son Carnaval tout en parvenant à préserver l’unité massive de l’oeuvre. Une certaine hardiesse de timbre, doublée d’une verve rythmique (culminant dans une héroïque Marche des “Davidsbündler” contre les Philistins) donne aux épisodes les plus vifs une carrure grandiose. C’est déjà un fait de virtuosité remarquable que de maintenir une telle agilité et limpidité des traits dans partition si touffue ! Mais c’est loin d’être la seule vertu de Dana Ciocarlie. Dans ce qu’on entend, le véritable maître-d’oeuvre reste l’esprit (là où d’autres se laissent “guidés” par leurs doigts). Les oppositions si caractérisées qui font tout le sel de cette oeuvre, ne le seront jamais à outrance : Ciocarlie trouve régulièrement une “troisième voie” au manichéisme (son Florestan prend le temps de la rêverie, Estrella bombe aristocratiquement le torse ).
Dans le Concerto, c’est l’assise profonde, la certitude tranquille qu’elle met à son thème. Ce qui n’empêchera pas sa main droite de s’en échapper régulièrement, voletant gaiement autour de l’édifice. Nul besoin d’accuser les angles, aucune chance de tomber dans la routine, Dana Ciocarlie est une risque-tout de l’expression musicale : il nous suffit d’attendre le Finale pour que tout s’envole sous ses doigts ! Dommage seulement que l’Orchestre Colonne, par son peu de subtilité et d’engagement, brime sans le vouloir la soliste dans son élan. Aurait-il fallu se mettre en frais d’un orchestre moins chiche pour nous présenter ce concerto (et par là même, la soliste) sous son meilleur jour ? Heureusement, tout cela n’est plus qu’un lointain souvenir après une Novelette n°2 joliment déhanchée que nous offre la pianiste en bis, avant de conclure par un clin d’oeil à la Roumanie (Toccata de Paul Constantinescu).

Une invitation au cœur du piano Schumannien, pour un voyage qui, à travers cette turbulence contrôlée et sa totale liberté de respiration, a quelque chose de profondément généreux.

« Une grande dame du piano » - Le télégramme

Le concert de rentrée de la nouvelle saison « musique classique » avait lieu jeudi à La Passerelle. Les mélomanes étaient nombreux dans le Petit Théâtre pour assister à un récital de Dana Ciocarlie, une « grande dame » du piano dont la réputation internationale ne cesse de s’affirmer. Ce soir-là, elle avait choisi de mettre son talent au service d’oeuvres maîtresses de Schumann, son compositeur de prédilection. Quelques mots de présentation et la voici à son instrument pour nous offrir tout au long de la soirée des moments de bonheur d’une richesse prodigieuse. D’entrée, le public s’est laissé absorber par la beauté de son jeu. La passion, les tourments du compositeur : la virtuosité de Dana Ciocarlie est éblouissante, s’exprimant avec une puissance diabolique qui soudain laisse la place à des instants de pure poésie d’une infinie délicatesse, un enchantement que les auditeurs ressentent au plus profond d’eux-mêmes dans un silence d’écoute d’une qualité rare. Magie des sons, des rythmes, des couleurs… l’auditoire est aux anges ! Et peut libérer son enthousiasme, conscient d’avoir pu savourer des instants d’exception. Les applaudissements redoublent et toujours avec la même gentillesse, la même simplicité, l’artiste nous offre trois pièces dont une contemporaine de Ligeti, cerise de plus sur le gâteau !

« Madame Schumann ! » L'est républicain

Dana Ciocarlie publie la première Intégrale Live de l’œuvre pour piano seul de Robert Schumann.
«Un projet immense, un projet de toute une vie», disait la pianiste roumaine Dana Ciocarlie. Aujourd’hui, ce n’est plus un projet mais bel et bien une réalité. Grandiose !
Pendant plusieurs années, les récitals Robert Schumann donnés “à corps perdus” par Sana, éblouissante dans sa quarantaine inspirée, ont été soigneusement enregistrés.
L’artistes explique : « Au fils des concerts de cette intégrale, j’ai fait mien son rythme obsessionnel presque hypnotique, sa capacité à changer très rapidement d’affect, passant par exemple d’une tendresse extrême à une humeur sauvage”. Et “cette lutte perpétuelle et hallucinée avec le destin, voilà ce qui est magnifique chez Schumann ».
L’intégrale magistrale que livre Dana Ciocarlie, portée par le souffle du concert public étayé d’une solide préparation intellectuelle (et technique !), ne laissera pas indifférent. Elle « déménage » tant que souvent accroché au parapet des émotions fortes, on ne sait plus où on habite. Comme l’auteur de ces compositions hors normes qui finit, en pleine crise de démence, par se jeter dans la courbe du Rhin.

Quels hallucinants voyages nous offre là Dana Ciocarlie qu’ont peut surnommer «Madame Schumann».

« La pianiste Dana Ciocarlie livre les secrets d'un Schumann vivant » - Toutelacultre.com

La pianiste franco-roumaine Dana Ciocarlie s’est lancé le défi d’enregistrer toute l’œuvre de Robert Schumann au piano, lors d’une série de concerts donnés à l’Hôtel de Béhague, résidence de l’ambassadeur de Roumanie en France. Il fallait de la bravoure et du brio ainsi qu’un brin de folie pour s’attaquer à un tel compositeur dont la musique et la vie sont à ce point liées à la passion et à la folie.

« Les 20 cds de l'année 2017 » - Cadences

La musique de Schumann recèle une complexité dans le discours musical qui met à l’épreuve les plus grands interprètes. Il convient donc de saluer bien bas le tour de force réussi par Dana Ciocarlie. Techniquement magistrale, elle parvient à conférer à chaque pièce une unité expressive remarquable sans sacrifier les couleurs infinies des partitions.

« Aimez-vous Shumann ? » - Á nous Paris

Aimez-vous Schumann ?
Passionnément répond Dana Ciocarlie, qui signe un superbe coffret de 13 CD rassemblant la totalité de la musique pour piano seul du compositeur allemand.
Un véritable événement discographique car les intégrales Schumann ne sont pas légion. La particularité de l’enregistrement de la pianiste franco-roumaine est d’avoir été réalisé en concert entre 2012 et 2016. D’évidence, la captation sur le vif apporte un supplément d’âme et montre une interprétation remarquable d’élan, de sensibilité et d’imagination.

« La magnifique somme Schumanienne de Dana Ciocarlie » - Resmusica

Connue pour ses affinités incontestables avec la musique de Robert Schumann, la pianiste roumaine Dana Ciocarlie nous livre une véritable somme avec ces treize disques comprenant l’œuvre intégrale pour piano seul du compositeur, enregistrée au fil de quinze récitals donnés dans le  théâtre byzantin de la résidence de l’ambassadeur de Roumaine, anciennement hôtel de Béhague.

Longuement murie, cette nouvelle intégrale de l’œuvre pour piano de Schumann consacre la rencontre entre le romantisme intense et personnel du compositeur, et une musicienne particulièrement inspirée par un corpus musical auquel elle s’identifie de façon frappante. Au cours de quinze soirées données dans le fabuleux théâtre byzantin de l’hôtel de Béhague à Paris, la pianiste roumaine Dana Ciocarlie a joué l’intégralité de l’œuvre pour piano seul de Schumann, n’écartant, comme elle s’en explique elle-même, que les pièces (assez marginales) pour piano-pédalier. C’est le reflet de ces concerts qui paraît dans ce magnifique coffret. On sait que le piano occupe dans l’œuvre de Schumann une place essentielle ; les vingt-trois premiers opus du compositeur sont écrits pour le clavier seul. Ensuite, il se tourna essentiellement vers la musique de chambre, le lied, la symphonie et l’oratorio (ou l’opéra). Mais au moment de sombrer dans la folie et de disparaître, c’est encore vers le clavier que Schumann consacra ses derniers opus, déséquilibrés mais bouleversants. Quelle richesse et quelle profusion d’inspiration dans ces premières œuvres ! Les faire siennes dans leur ensemble, selon la démarche de Dana Ciocarlie, c’est pénétrer dans l’univers intime et poétique du musicien.

Le résultat est à la hauteur de l’ambition. Au delà de la maîtrise purement technique du clavier dans des pages dont la difficulté est d’autant plus grande qu’elle n’est pas toujours d’une virtuosité apparente, elle restitue le romantisme intense du compositeur, ses sautes d’humeur caractéristiques, son goût des miniatures plus que des grandes formes, des rêveries et divagations. Mais elle parvient aussi à structurer un discours souvent divaguant, notamment dans les trois sonates et la grande fantaisie, dans lesquelles Schumann se force à construire ses œuvres selon des canons reconnus. Comme toujours dans une intégrale de cette dimension, l’ensemble vaut mieux que la somme des parties. Nous entendons par là qu’on peut, dans la discographie de tel ou tel opus pris isolément, trouver quelques visionnaires qui dépassent Dana Ciocarlie (Rachmaninov, Horowitz, Pollini ou Brendel par exemple, mais il y en a d’autres dans les pages les plus enregistrées), mais que, les intégrales schumaniennes se comptant sur les doigts de la main, celle de Dana Ciocarlie, superbement présentée de surcroît, s’impose désormais comme le sommet de la discographie. Chapeau bas aurait dit le compositeur lui-même…

Formée aux sources de l’École roumaine de piano comme Dinu Lipatti, Clara Haskil et Radu Lupu, Dana Ciocarlie a également étudié à Paris auprès de Victoria Melki à l’Ecole Normale de Musique et a suivi le cycle de perfectionnement du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans les classes de Dominique Merlet et Georges Pludermacher. Sa rencontre avec le pianiste allemand Christian Zacharias sera déterminante en particulier pour approfondir l’œuvre pour piano de Franz Schubert.

 

Douée d’un tempérament vif-argent où la générosité le dispute à l’engagement, Dana Ciocarlie possède un vaste répertoire, s’étendant de Jean-Sébastien Bach aux compositeurs d’aujourd’hui. Certains d’entre eux lui ont dédié des œuvres tels Edith Canat de Chizy, Karol Beffa, Frédéric Verrières, Jacques Lenot, HelenaWinkelman, Dan Dediu. Elle est reconnue comme l’une des interprètes majeures de Horatiu Radulescu.

Service client

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes questions

a

Cadeau offert

Pour toutes commandes supérieure à 50 €

Paiement

Paiements 100% sécurisés / Protocole sécurisé SSL

a

Livraison rapide

Expédition en 24/48H dès sa réception en COLISSIMO DIRECT

Newsletter La Dolce Volta

Pour les amoureux de la musique classique, recevez nos dernières créations et profitez d'offres exclusives (un à deux envois par mois)
INSCRIPTION
close-link