• Webmaster
  • 6 septembre 2016

Le principe du travestissement musical transcendé par Philippe Bianconi

Opportunément sous-titré « Doubles et masques », cet album aux multiples séductions est un modèle de mise en scène. Le livret accueille une série de portraits du pianiste Philippe Bianconi renouvelant la donne vestimentaire en blanc (chemise) et noir (costume, cravate, etc.). Les œuvres, ensembles de miniatures, transcendent le principe du travestissement musical cher à Schumann.
Quant au jeu de Philippe Bianconi, il procède d’une science de l’éclairage et de la figuration qui magnifie chaque scène ciselée par le compositeur. Par exemple, sous l’égide des Papillons, où chacun semble avoir un rôle bien précis. Le premier invite au parcours paisible alors que le deuxième traverse le ciel par surprise et que le troisième s’impose en chef d’escadrille (si cela existe chez les lépidoptères). Tous semblent guidés par un poète – enfant rieur ou adulte rêveur. Il en va de même des acteurs exaltés qui animent le Carnaval intimiste et les spectaculaires Davidsbündlertänze.
Pierre Gervasoni, Le Monde

Actualités récentes

Categories

Création de site web