Mozart, intégrale des quatuors à cordes

Quatuor Talich (1970 – 1997)

Des pas de Haydn aux portes de la confession…

Acheter sur l'e-store
Livret

Disserter sur “l’art du quatuor à cordes” et l’associer à Mozart conduit invariablement au dithyrambe. C’est penser l’histoire un peu rapidement et, pour faire un clin d’œil au film Amadeus de Milos Forman, contempler le génie comme une abstraction. 

La production de Mozart consiste essentiellement en 4 cycles de quatuors où il a égalé son aîné dans les deux derniers. Les Quatuors du troisième cycle sont dédiés à Haydn. Certains portent des petits noms, comme le quatuor des « dissonances » en ut majeur, célèbre pour les frottements harmoniques des premières mesures, ou encore « La Chasse » en si bémol majeur, et « Le Printemps » en sol majeur. Les trois derniers sont dédiés au roi de Prusse, d’où leur surnom de prussiens : le violoncelle y joue un rôle prépondérant. Mozart, par son sens inné de la polyphonie, a su faire chanter chaque instrument du quatuor. Cependant, le divertimento pour trio à cordes et les six quintettes à cordes — à deux altos — constituent sans doutes des sommets encore plus remarquables dans sa production.

Création de site web Création de site internet