Bach, Les 6 Sonates pour violon et clavier

Nicolas Dautricourt

L’une des principales originalités des Sonates pour violon et piano BWV 1014-1019 est l’imagination dont a fait preuve Jean-Sébastien Bach tant sur le plan harmonique, mélodique que contrapuntique.
Main droite du piano et violon doivent se répondre sans cesse, la basse continue étant con ée à la main gauche du pianiste. La grande inventivité contenue dans ce dialogue musical – heureuse harmonie entre mélodie et contrepoint – exclut irrémédiablement toute forme intempestive de soliloque.

Nicolas Dautricourt, La Dolce Volta
Acheter sur l'e-store
Livret

La musique du Cantor s’adapte à pratiquement n’importe quel instrument. Peu importe l’émetteur sonore car c’est plutôt la pensée et l’intellect qui comptent pour le maître de Leipzig : la forme de l’œuvre, la tonalité et les contours mélodiques ont plus d’importance que l’instrument en soi.

En lui ne voyons-nous pas une icône universelle, une instance suprême par laquelle, d’une certaine manière, toute la musique aurait été faite ?

Devant cette immensité il convenait donc d’observer une certaine simplicité : ce disque est tout sauf un enregistrement « historique ». Il ne prétend être dépositaire d’aucun savoir et ne porte le sceau d’aucun héritage.

Les interprètes jouent pour les auditeurs de leur époque. Il y a, d’un côté, le Stradivarius de 1713 de Nicolas Dautricourt et, de l’autre, le Steinway & Sons D moderne de Juho Pohjonen.

L’écoute de ce double album nous plonge dans un univers d’abondance et nous permet de comprendre comment une musique aussi contrôlée parvient à provoquer autant d’émotions grâce au talent de ces deux magni ques interprètes.

Création de site web Création de site internet